lundi 27 juillet 2009

Paroles

Eloigne-toi de ces formes poétiques abstraites
Et regarde mon âge
Dis-moi, que vois-tu?

L'ouate d'un visage
Le rectangle du corps
L'ambre d'yeux aperçus?

Regarde-moi bien en face
Tu vois l'amour de la vie
Le chant d'une liberté

Mais quoi encore?
Le goût du vent s'enchevêtrant dans les lais
Mais encore? Et puis?

Le monde, cinq milliards d'hommes réunis en masse
Pour exister dans les relents d'encens
Pour naître, exister, connaître

Les senteurs dansant lentement sur les salants
Dans la nuit de soie noire près des chalands

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire